Avertir le modérateur

07 janvier 2007

Un rituel

Chaque semaine, le mercredi aux mêmes heures, je quitte dans la nuit la rue de la Sorbonne (sa cour pavée, ses fenêtres aux stries grises et noires sur fond orangé – fraîcheur d’une respiration où résonne l’humeur phosphorescente d’une horloge millénaire). Mon regard, toujours, survole les toits de cette institution qui lui refusa, à lui à qui je consacre comme tant d’autres analyses et hommages littéraires, une place dont il avait su souffrir peut-être mais sourire.


Chaque semaine, le mercredi aux mêmes heures, immanquablement après quelques pas au sortir de l’université, je déchiffre curieux la vitrine de la librairie Compagnie, y entre et me décide pour un roman en rapport avec l’écriture ou la lecture. Lumière espiègle de cette chambre aux mots d’où je me défile, toujours un peu vite (tel un imposteur), dans la brasserie qui, juxtaposée, offre petites lampes et tables rondes de faux marbre. Alors, devant un verre de vin blanc et une cigarette dont les volutes sont les sœurs de nos pensées en lambeaux, j’ouvre les pages.

Un rituel. Chaque semaine. Je sais qu’il est mort non loin de là. Et ne comprends toujours pas. Cet accident. J’ai beau en connaître les faits, les témoignages, et surtout les fantasmes, je reste interdit. Époque révolue dont il semble que nous aient hélas échappées la richesse et l’ébullition. Où la nouvelle critique, dont il fut, éminemment, le représentant le plus brillant et le plus heureusement controversé, portait, ou plutôt déportait la pensée. Mélancolie doucereuse. Pour Roland Barthes.

 

Stéphane Darnat

00:05 Publié dans Journal | Lien permanent | Tags : roland barthes, "compagnie"

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu