Avertir le modérateur

28 février 2007

Dériver

Dériver, du latin rivus, le ruisseau, signifie littéralement « quitter la rive », en deux sens opposés. Premièrement, dériver peut caractériser un trajet continu et ordonné d’une origine vers un but. On parle des dérivations étymologiques d’un mot – mouvement de variation lente et régulière dans la langue – ou encore de la dérive d’un voilier qui lui permet de suivre sa route malgré les vents contraires. Deuxièmement, la dérive peut désigner à l’inverse la perte de contrôle, la déviation ou le dérapage. Un navire est « à la dérive » lorsqu’il est désemparé. La nécessité et le hasard cohabitent donc, en une paradoxale complicité, au cœur d’un même verbe.


Ce jeu double se retrouve dans l’arrivée. Arriver, de rivus là encore, désigne le fait de gagner la rive, d’approcher du rivage ou du port. Arriver signifie bien d’abord parvenir à destination et atteindre son but, toucher au terme de son voyage, réussir. Mais « arriver » se dit aussi de ce qui vient, surprend ou tombe, de l’événement en général, celui qu’on anticipe comme celui qu’on n’attend pas. L’arrivée – ce qui échoit – peut aussi parfois contredire, déranger, empêcher l’arrivée – l’accomplissement ou l’achèvement d’un processus.

 

Jacques Derrida et Catherine Malabou, La contre-allée,

La Quinzaine / Louis Vuitton, collection « Voyager avec… », 1999.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu