Avertir le modérateur

16 novembre 2007

Querelle linguistique

b702b729036a87137de2ea5706137031.gifLe caissier :  Monsieur, ils sont aussi à vous les produits sur le bord de la caisse ?

— Heu… oui ! Et s’adressant à la cliente suivante il lance : Madame, vous voudrez bien les avancer.

Le caissier note en silence que la phrase n’est ponctuée d’aucune tonalité interrogative. Mais du bout des doigts, et l’air à peine pincé, la cliente fait glisser les produits sur le tapis roulant.

— Monsieur, un « s’il vous plaît » n’aurait pas été de trop. Je ne suis pas à votre disposition.

— Madame, « vous voudrez bien » est supérieur dans le degré de politesse à « s’il vous plaît ».

— Cela m’étonnerait fort, monsieur…

— Je vous l’assure.

— Écoutez monsieur, je suis docteur ès lettres et il est certain que « vous voudrez bien » étant un ordre, cela n’a rien de poli…

— Madame, je suis diplômé d’un DEA de linguistique, je sais ce que je dis…

Yeux ronds, le caissier intervient tout content :

— Et moi je fais ma thèse sur Roland Barthes !!!

— Ah, la sémiologie ? fait la dame.

Le client tout en rangeant ses courses dans le caddy :

— Vous pouvez donc nous départager…

— Eh bien… Madame a raison : « vous voudrez bien » ne peut être ici considéré que sur un mode injonctif, comparé par exemple à « si vous le voulez bien » ou bien encore à « je vous prie », formules qui l’auraient, certes, tout autant obligée, mais, je crois, d’une manière incitative. Il me semble donc, et je peux bien vous l’avouer, qu’un « s’il vous plaît » eût été le bienvenu…

Le client règle, visage fermé, puis part sans un mot. La cliente, sourire aux lèvres, ponctue la conversation d’un « Non mais ! ».

 

Stéphane Darnat

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu