Avertir le modérateur

03 avril 2008

Baisser pavillon…

f3c818021da919c112df693a726ffaf2.gifIl sort de la Poste où il est venu chercher une lettre avec AR. La lettre est envoyée par le supermarché. Il était temps ! Plus d’un mois après son départ il n’a toujours pas touché son chèque de solde de tout compte et ses attestations de travail et Assedic. Alors il lit la lettre, la relit, la re-relit et n’en croit pas ses yeux :

 

Monsieur,

Vous êtes absent de notre établissement sans autorisation, sans avoir fourni ni explications ni justificatifs depuis le 26 février 2008 (ouais j’suis au courant, merci pour le rappel des faits…), et jusqu’à ce jour, vous n’avez toujours pas réintégré votre poste de travail (tu m’étonnes…).

Vous avez répondu à notre courrier recommandé du 29 février 2008, dans lequel nous vous demandions de nous adresser dès sa réception tout justificatif relatif à votre absence irrégulière (et donc ?), de reprendre votre poste de travail (ben tiens, tant qu’à faire, autant partir pour revenir…), ou de nous transmettre un courrier nous précisant que vous démissionnez de notre point de vente (c’est fait…) afin que nous établissions le plus rapidement possible votre solde de tout compte (j’attends toujours…), votre certificat de travail et votre attestation Assedic (le truc qui sert à rien mais bon…).

En effet, par courrier du 13 mars 2008 (c’est vrai, je suis un peu lent pour répondre au courrier, faut admettre…), vous nous faites part de votre volonté de démissionner de notre point de vente (je confirme ducon). Nous en prenons acte (c’est bien… amène le flouze alors !). Toutefois (ah, ça se gâte…), votre démission ne résulte pas d’une volonté non équivoque (hein ?) puisque vous nous indiquez que votre démission résultes (c’est vrai, « résulter » à la troisième personne du singulier, un coup ça prend un -s, un coup pas, c’est bien connu… peuvent pas s’relire ?) (donc y disent quoi ?) résultes de « diverses raisons, tant personnelles que liées aux conditions de travail dans notre point de vente » (y a pas à dire, tout de même j’suis vachement fort pour ramasser en une phrase des sous-entendus bien lourdingues… ça a pas dû leur plaire on dirait…).


(Et donc) En conséquence, nous ne pouvons en aucun cas considérer votre départ comme une démission (c’est pas vrai ? je dream !!! Y a qu’à moi qu’ça peut arriver ce genre de truc ! Non mais y rigolent ou quoi ?…) et nous vous demandons donc de nous adresser une lettre de démission claire et non équivoque (hein ?), de reprendre votre poste de travail au sein de notre établissement (je dream, tu dream, il dream…) ou de nous faire parvenir tout justificatif relatif à votre absence depuis le 26 février dernier (ça existe un justificatif de plus supporter un boulot de merde ?…).

(Blabla, je passe sur les articles de loi du genre L 122-14 du code du travail.)

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées. (Tu peux t’les foutre au cul ouais ! Non mais ça va pas la tête ??? Je vais quand même pas revenir !!!)

 

Stéphane Darnat

Pour Charles Cahoua

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu