Avertir le modérateur

27 mai 2008

L’art du roman

 

Examinons un moment un esprit ordinaire, au cours d’un jour ordinaire. L’esprit reçoit des myriades d’impressions, banales, fantastiques, évanescentes ou gravées avec l’acuité de l’acier. De toutes parts elles arrivent – une pluie sans fin d’innombrables atomes ; et tandis qu’ils tombent, qu’ils s’incarnent dans la vie de lundi ou de mardi, l’accent ne se marque plus au même endroit ; hier l’instant important se situait là, pas ici ; de sorte que si l’écrivain était un homme libre et pas un esclave, s’il pouvait écrire ce qu’il veut écrire et non pas ce qu’il doit écrire, s’il pouvait fonder son ouvrage sur son propre sentiment et non pas sur la convention, il n’y aurait ni intrigue ni comédie ni tragédie ni histoire d’amour ni catastrophe au sens convenu de ces mots.

Lire la suite

00:50 Publié dans Extraits | Lien permanent | Tags : virginia woolf, "l'art du roman"

26 mai 2008

« Son absence », roman

1746464787.jpgL’éditeur Léo Scheer a créé sur son site Internet la collection « M@nuscrits » : où l’on peut lire des textes mis en ligne, présentés avec une couverture sobre et littéraire (couleur crème, le nom de l’auteur en noir, le titre de l’ouvrage en bordeaux), une quatrième de couverture et la possibilité pour les internautes de voter et de commenter les pages lues.

La singularité de cette initiative est grande : lorsque vous lisez le manuscrit en ligne, vous pouvez en tourner les pages à la manière d’un livre. Cette expérience éditoriale inédite a le mérite de déplacer la question : ce n’est plus le livre en tant qu’objet qui se voit mis en avant, mais le texte, rien que le texte… On pense à Roland Barthes, qui sans doute aurait admiré ce mouvement des pages qui se révèlent au fil des ombres et offrent à l’internaute le geste du lecteur qui, en toute quiétude, butine les mots dactylographiés dans l’ombre du jour.

Que grâces soient rendues à Léo Scheer pour sa volonté d’avoir su actualiser la question de la lecture à l’heure du Net, et d’avoir ainsi su donner un nouveau souffle aux critiques des lecteurs anonymes épris des mots, pris par et dans les mots dont les commentaires font penser à cette « communauté inavouable » chère à celui qui a inspiré le titre de ce blog, Maurice Blanchot.

Pour toutes ces raisons, j’ai fait le choix de présenter dans « M@nuscrits » mon premier roman : Son absence.

                                                                                    

Stéphane Darnat

21 mai 2008

Le linge sèche au vent

Le linge sèche au vent, maman m’appelle ;
Tête baissée, pieds devant je cours vers elle.
Elle a passé ses mains dans mes cheveux,
un conte sans but ni fin, de gens heureux ;
Elle a passé ses mains sur mon visage,
mais mes yeux filaient au loin le paysage.

Lire la suite

14 mai 2008

Du romanesque, que diable !

Un éditeur dîne avec l’une de ses auteures, en terrasse d’un restaurant espagnol, dans une rue de Paris où défilent les passants et les bus. Petit à petit, les bruits de la ville déclinent. Minute après minute, les nuages s’éclipsent, rose saumon. Après quelques verres de vin rouge et autant d’anecdotes, la nuit dessine les contours de leurs visages. Ils rient beaucoup. Vient une pause, un silence complice. Et tandis qu’il allume une énième cigarette, elle lui demande comment lui, dans son histoire, en est venu à la lecture, à l’écriture…

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu