Avertir le modérateur

13 avril 2008

À quoi sert la littérature ?…

Pourquoi y a-t-il des fous qui passent leurs nuits, leur temps, leur vie à écrire, et pourquoi y a-t-il des fous qui, comme vous et moi, passent leurs nuits, leur temps, leur vie à les lire ?

Cest peut-être à cela que sert la littérature : à mettre la mort en retard                

                 

Maïalen Lafite

16 février 2008

Lire : une sauvegarde personnelle

Ce qui se joue dans l’interprétation d’un roman, c’est une expérience de lecture : on n’est pas le même après…

L’auteur, qu’il soit écrivain, dramaturge, poète ou théoricien, se bat avec les mots comme le musicien avec les sons et le peintre avec les couleurs. Son état est une bataille intérieure empreinte de nécessité et d’urgence.

Qu’est-ce que l’expérience de l’écriture ? La mise en mots, c’est la participation de l’encre à la découverte de ce qui est ancré en soi. Les mots sont des matériaux, des outils qui nous offrent l’accès à la co-naissance, à la remise en ordre de notre être, qui passe par l’esthétisation de la lecture…

Qui lit n’est pas passif. La lecture est une pratique, qui n’est pas réductible à la seule recherche du sens. Quel que soit le niveau d’érudition, le trait commun à tout lecteur est l’imagination, et plus précisément l’exercice d’ubiquité : être ici et ailleurs. Un départ imaginaire, sans perdre pied avec la réalité (sauf à de rares exaltations !).

L’évasion n’est pas une attitude vaine et inutile. Elle est, sur un mode sérieux, l’impertinente absence, un élément structurant qui permet de développer des zones d’ombre.

La lecture introduit une liberté fondamentale, et celle du sujet est en cause dans toute activité de penser un livre : s’évanouir dans son jardin secret. Voilà la vertu de l’impertinente absence. Lire est une sauvegarde personnelle. Une oralisation mentale est nécessaire, comme il en est d’une expérience initiatique : là est en jeu le processus d’avènement du sujet lisant, processus de structuration et de maturation.

La lecture est une mise en mouvement fantasmatique. Tout lecteur est un auteur romanesque… Avec la lecture, la question est de trouver sa dimension d’expérience. La lecture peut être un choc, un risque de perdition. Il faut donc lire comme on est initié : on reçoit un bien.

 

Maïalen Lafite

28 janvier 2008

La littérature : d’utilité publique.

Il porte en lui le souvenir de ce matin d’hiver où, dans sa classe à l’université, elle voulut les déranger avec ces questions : Comment rendre, par et dans l’écriture, ce que l’on se raconte à soi-même ? transmettre ses pensées intimes les plus aiguës avec exactitude ? transcrire ses associations d’idées ? Surtout : pourquoi vouloir traduire son propre monologue intérieur ?

Lire la suite

06 juin 2007

Toujours incompréhensible...

Tout texte écrit par qui que ce soit présente une grand part implicite : il est toujours incompréhensible pour qui le lit.

Maïalen Lafite

00:35 Publié dans Citations | Lien permanent | Tags : Lecture, Maïalen Lafite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu